A savoir !

Rupture de stock pour la requête d'un ange

AVIS: fin d’édition pour « La Requête d’un Ange »

le livre ne sera pas réimprimé tout de suite, pour des raisons de gestion des stocks des autres titres  

Les Regards de la Vérité - fin d'édition

FinAprès une belle aventure qui a débuté en avril 2013 en autoédition, Les Regards de la Vérité a été repris par les Editions LC en mars 2016. D'un commun accord avec mon éditrice, le contrat n'a pas été renouvelé à son échéance de février 2018. Les quelques exemplaires que j'ai repris sont repartis aussitôt vers des lectrices qui l'attendaient, il n'en reste plus et il ne sera pas réédité.

Rétrospective salons et dédicaces

Rétrospective en photos de mes salons et dédicaces depuis que j'ai commencé

book-photos.pdf

Eloge d'une lectrice

Reprenant une partie de mon compte-rendu de cette journée de dédicaces où je l'ai rencontrée, elle me fait cet éloge sur ce montage :

Montage par anna louise de lumiere

Lire la suite

D'où l'idée m'est-elle venue d'écrire le Grain de Riz ?

On me demande régulièrement pourquoi j'ai choisi d'écrire sur le thème du coma, c'est un sujet tellement sensible. je vous en livre donc la raison :

Ce qui m'a donné envie d'écrire sur le thème du coma, c'est la combinaison entre ma passion pour le domaine spirituel, et ma conviction qu'il existe autre chose après ce que nous vivons ici-bas. Je crois donc fortement qu'il y a quelque chose après la mort, alors d'autant plus lorsque l'on n'est pas mort. 
Nous avons tous, soit des proches, soit des connaissances qui ont été dans le coma, et ceux qui le vivent de l'extérieur traversent un drame. Mais ceux qui le vivent de l'intérieur ? Que traversent-ils ? Pas le néant, non; c'est en tout cas ce que je refuse de croire, car il n'y a aucune raison qu'ils ne vivent rien, pourquoi ce serait le cas ? Toutes ces pensées me trottant dans la tête, une envie d'écrire se précisant, le reste a coulé tout seul. C'est ce que je marque dans le préambule du roman.

On me demande souvent si c'est du vécu, car on me trouve très persuasive dans mon récit; non, ça ne l'est pas, ni par un proche; mais je pars du principe que ce n'est pas parce qu'on ne voit pas, qu'il n'y a pas. Lorsque quelqu'un est dans le coma, on ne voit pas ce qu'il vit, or il vit quelque chose, puisque son esprit n'est pas mort. Ça ce n'est pas de l'imagination, c'est du raisonnement logique; ce qui est imaginaire, c'est la description que j'ai donnée que vit cette personne. "Et si c'était vrai ?" Eh bien oui, pourquoi pas ? Pourquoi ce que vit cette personne serait moche et triste ? Toutes ces suppositions que je veux croire possibles ont forgé le grain de riz.
En écrivant et en positivant autant, j'étais convaincue que le message d'espoir passerait pour tous ceux qui ont connu cette expérience, ou qui ont un proche qui la traverse, et c'est une autre raison de mon choix.

Personne n'est à l'abri, ce roman se devait donc d'être une note d'espoir. En cela je pense avoir réussi : en effet le Grain de Riz est lu et apprécié par des personnes qui ont connu une période de coma - j'ai eu l'occasion d'en rencontrer quelques unes lors de mes dédicaces; ces personnes me l'achètent pour se persuader que ce qu'il ont vécu est la même chose que ce qui est décrit dans mon roman, et parce que la présentation que je leur en fais les satisfait.