Dédicace à Auchan Neuilly sur Marne

Affiche 3 fevrier

Vilaine journée !

Pour commencer, je retrouve l’affiche de la toute première fois où je suis venue (c’est l’avantage de ne pas mentionner la date) c’est à dire avec les 1ères du grain de riz, les regards couverture d’origine, et la requête. Et toujours la faute d’orthographe à mon nom, un seul F. Lorsque j’ai pris le rdv, le chef de rayon m’avait dit de ne lui envoyer que les infos de ma nouveauté, pour l’enregistrer en amont. Eh bien rien n’avait été fait, ni affiche pour le mettre en avant ni reconnaissance du code isbn. Quant au chef de rayon, il n’est même pas venu me saluer. Bouteille d’eau ou café... en rêve ! 
Quant aux gens, peu souriants, pas de bonjour; quelques nouveaux lecteurs lectrices bien sûr, encore heureux que la valise s’allège un chouïà, je remercie particulièrement Amala qui est parti avec ma nouveauté sur le cœur en disant qu’il était certain de se régaler, et merci aussi à cette moldave, Valentina, qui a adopté la requête pour parfaire son français. Mon temps a été souvent accaparé par des personnes en quête de conseils en écriture, alors qu’aucun intérêt, si futile soit-il pour mes livres, n’était montré. Eh ho les gars, je ne suis pas là pour donner des cours; j’ai eu bien du mal à m’en depaitre. Et puis un autre qui se plante devant moi et me déballe sa théorie en métaphysique, il a fallu que je fasse mine de quitter ma place pour le faire partir. 
A 17h30, je me suis dit : si je ne fais pas un autre livre dans la demi-heure, je pars. Sitôt dit une personne s’arrête devant moi, l’œil pétillant, je lui fais ma présentation générale, elle s’empare de mon dernier pour en lire un peu plus, elle m’explique qu’elle accompagne des personnes en fin de vie et que ce livre lui donnera sûrement des idées pour l’accompagner sereinement. 
Bingo me dis-je. 
Je vous le dédicace ? 
Elle le repose : non merci pas maintenant. Et elle s’en va. 
.... un Ange passe... il est où le bug ? 
Cela confirme que ce n’est pas mon jour... 
Et comme pour appuyer cette conclusion, je vois une femme qui regarde rapidement et je l’entends se parler à elle-même, pas fort mais jai l’ouïe fine : 
« La requête du grain de cul oui! » 
« Pardon ? » je me suis écriée 
elle s’est éloignée très vite en bredouillant « ce n’était pas contre vous »
J’ai tout rangé , partie à17h50
Oui, vilaine journée !!!