Dédicace à Cora Boussy

Encore une belle journée passée dans ce magasin qui fait partie de mes préférés.

Depuis l’entrée du magasin, j’aperçois ma table, nappée de velours rouge ; on ne peut pas me louper je suis en plein milieu de l’allée centrale ; je m’approche, pour y découvrir un exemplaire du grain de riz ; je l’ouvre et lis : « Pour Corine, merci de notre échange, je suis heureuse de vous avoir convaincue… » Eh bien non finalement, je ne l’avais pas convaincue, elle l’avait reposé dans un coin, c’était le 10 décembre 2016.

Pendant que je m’installe, un monsieur d’un certain âge prend l’un, puis l’autre, et me dit en montrant les couvertures :

  • Je peux prendre le bébé, et la petite ?
  • Vous pouvez prendre tout ce que vous voulez, je lui réponds.
  • Même l’auteure ?

Si je m’attendais à celle-là !!...

  • Sauf l’auteure, lui dis-je en riant.

Il rit aussi, repose le tout et s’éloigne.

Voilà, la journée démarre sur une note de bonne humeur.

Geneviève arrive : elle a vu l’affiche de loin, elle m’a reconnue, heureuse car elle avait perdu ma carte lors d’un précédent achat du GdR et GdV qu’elle avait adorés, et ne savait donc pas comment me commander la requête.

  • Et voilà que vous êtes devant moi, me dit-elle.

   …

  • Je les ai tous lus, me dit une lectrice que je reconnais ; à quand le prochain ?

J’ai un long et très bel échange avec Valérie qui prend la requête ; pendant que nous faisons une photo, une voix se fait entendre près de nous :

  • C’est une actrice ?
  • Non mieux, répond Valérie, c’est une écrivaine.

 

Par moments, des petites foules se forment autour de moi, j’avoue que c’est très euphorisant. Et même quand personne n’est devant moi, tous ceux qui passent me sourient, regardent même sans s’arrêter, disent bonjour ou répondent au mien, je ne m’ennuie pas une seconde ; je m’attendris même face à ce petit bonhomme de deux ans qui essaye d’imiter mes clins d’œil et tord son cou dans tous les sens pour continuer à me regarder de loin alors que son père entraine son caddie.

La journée passe très vite, tous mes nouveaux lecteurs et lectrices me donnent un goût de bonheur, j’adore avoir avec une grande partie d’entre eux des échanges privilégiés :

Valérie qui déteste qu’on la prenne en photo m’a pourtant dit oui, et elle a l’air de m’avoir dit des choses qu’elle n’avait jamais dites à personne,

Marie-José m’a confié des choses difficiles de sa vie,

Avec Laurence j’ai eu une conversation très riche en 6 minutes à peine – elle m’a dit qu’elle savait ce que contenait mon roman à sortir, elle va me l’écrire…    

Sylvie avait les yeux pétillants en regardant mes livres, et m’a dit qu’elle avait devant elle le cadeau idéal pour sa meilleure amie – tout cela parce que je dégage quelque chose qui lui donne la certitude qu’elle ne se trompe pas… Whoua avec des choses comme ça comment voulez-vous que je n’en demande pas encore et encore ?

×