Salon de Chaumont en Vexin (60)

Depliant jpg recto

Depliant jpg verso

Compte-rendu de la journée

Elle commence par une anecdote de départ : un contrôle dans le métro à 7h15, un dimanche !!! il y en a qui font du zèle. Voilà une journée qui promet des surprises !

Surprises, vous avez dit surprises ? En voici une de taille pour continuer le tout début de journée : je monte à 7h45 dans mon train de 7h57 direction Gisors, et à 8h02, une voix dans le micro nous annonce que le conducteur n’est pas arrivé. Oui oui on est bien en France, dans une gare parisienne !

Le conducteur arrive enfin, à 8h19, nous allons pouvoir partir, il faut quand même lui accorder le temps de s’installer, faire ses vérifications obligatoires, etc.

Enfin une bonne dizaine de minutes plus tard encore, biiiiiiiiiiiiip départ imminent… rien. Re-biiiiiiiiiiiiiiiiiiip… toujours rien. 3ème biiiiiiiiiiiiiiip… le train ne démarre pas, il est en panne ! Ce n’est décidément pas son jour, à ce conducteur…

Tout le monde se regarde, mi amusé, mi énervé. Finalement on nous fait changer de voie, de train, et un départ à 8h57 est prévu en remplacement ; heureusement car le vrai départ suivant était prévu à 10h57, cela n’aurait plus valu le coup d’aller à Chaumont ; je l’aurais bien regretté, d’abord parce que cela faisait depuis 2014 que je m’y inscrivais en vain, et ensuite parce que franchement, il valait le coup. Un bon salon comme sa réputation le dit si bien, une 21ème édition réussie à tous points de vue : une organisation au top - merci à Emmanuelle Lamarque et son équipe – des lecteurs, du monde, des moments forts en rencontres et retrouvailles, un déjeuner succulent dans un très bel endroit, le soleil au rendez-vous, le tout largement fait pour me faire oublier mes désagréments du matin. J’étais heureuse de retrouver Ely, toujours aussi pétillante – regardez la photo -  Denis et sa collection de titres qui n’en finit pas de grandir, Jean-Luc, sans compter les nouvelles connaissances qui agrémentent aussi ces belles journées de salon. Merci entre autres à Frédéric Fort qui m’a offert – écrit en 2 minutes à peine, un poème sur… Mon Ange. Frédéric tu portes bien ton nom, tu es très fort.