Salon du livre Brétigny sur Orge

Salon auchan bretigny

magasin AUCHAN Brétigny sur Orge (91)

Du pour et du contre :

Je sais que certains ont très peu signé sinon pas du tout, et du coup accusent le mauvais sort de s’être acharné sur eux, en y allant de leur cantique sordide « on vend rien, y’a personne ».

Personne ? 14000 passages ont été enregistrés dans la galerie commerciale samedi en début d’après-midi !!

Des ronchons il y en a toujours, et quand ils ne vendent pas, il faut bien que ce soit de la faute à n’importe qui, mais pas la leur ! Alors ils s’en prennent même à l’organisateur, qui avec toute son équipe fait pourtant tout son maximum pour la satisfaction des près de 60 auteurs : café et viennoiseries nous attendent le matin, devant une superbe sculpture en pain qui annonce le salon, et un buffet varié et copieux nous régale le midi, tout cela aux frais de la Princesse. Ils veulent quoi de plus les négatifs de première ? Qu’on vende leurs livres à leur place ? Certains se plaignent de celui ou celle qui « alpague » le client qui parait pourtant pressé en poussant son caddie ; rien ne leur interdit de tenter la même chose, plutôt que de jalouser en constatant que « ça marche » !!

Le salon était très étendu, tout le long de l’allée centrale de la galerie – presque trop étendu, mais là c’est la rançon du succès de la 1ère édition en 2015, qui fait que cette année le nombre d’auteurs a doublé. Donc autant dire que cela enlevait de la concurrence. De toute façon, de la concurrence si on n’en veut pas on ne fait pas de salon ! Quant à dire « Ce n’est pas un vrai salon, on n’est pas dans les conditions habituelles d’un salon », alors là ceux qui pensent ceci et qui y ont assisté quand même sont maso, car le lieu et les conditions n’ont été un secret pour personne, ils s’y sont inscrits en connaissance de cause.

Bon, après cette mise au point pour écarter le ressenti des mécontents, voici le mien, mon avis et vécu de cette journée de samedi :

Tout d’abord quand je réponds à qui veut l’entendre que je suis contente de mes ventes, on me répond « Ouais t’avais une super place ».

Ça c’est la meilleure, et à cette réflexion je fronce très fort les sourcils en me disant que quelque chose m’échappe : cette super place était libre le vendredi, puisque je n’y étais pas, pourquoi l’est-elle restée si elle si meilleure que toutes les autres ??

J’ai donc passé un très bon samedi, même si dans mon entourage proche j’ai eu affaire aussi à des auteur(e)s quelque peu acariâtres, voici deux anecdotes :

  1. Vous me connaissez, en salon ou dédicace, je ne reste pas à ma place en attendant que ça se passe, j’aime aller au-devant de mes futurs lecteurs. Là, je me tenais donc régulièrement debout à côté de ma table, pour être au plus près de ceux qui passent avec leur caddie, et avoir plus de chance d’être entendue. Mon voisin de gauche m’a dit que je lui faisais de l’ombre, et quand je lui ai rétorqué qu’il pouvait en faire autant, il m’a répondu que lui préférait rester assis.
  2. A un moment, une femme m’a dit qu’elle voulait deux de mes livres, elle les avait regardés à un moment où je n’étais pas à ma place donc n’avait pas besoin que je lui en parle ; elle ne voulait même pas de dédicace… juste les livres ; la seule chose, c’est qu’elle voulait les payer en espèces, ce qui n’était pas possible au point de vente ; je l’ai donc encaissée – je n’allais quand même pas manquer deux ventes à cause d’une question de paiement – et là j’ai eu droit à un regard choqué d’une auteure qui m’a dit que la cliente devait payer en caisse. Pour sûr elle s’imaginait que j’allais gruger le magasin. Je lui ai juste répondu « merci je sais ce que j’ai à faire », et je suis allée faire une carte bleue à la caisse. J’ai ensuite montré mon ticket de caisse à l’auteure revêche en lui disant « il n’y a jamais de problèmes, que des solutions ».

Voilà, c’était mon salon Auchan Brétigny sur Orge. Un grand merci à Alexandre Dambrine et toute son équipe pour cette organisation difficile et très réussie, et ces moments bien sympathiques.

Auchan Brétigny édition 2017, moi je dis oui !