Salon du livre de Saint-Ambroix (30)

Je dois dire que je me trouve dans une situation très délicate pour avoir entrainé plusieurs auteurs dans cette aventure d'un salon que j'ai trouvé très bon l'année dernière, et qui s'est avéré assez décevant cette année, du moins sur le plan des ventes. Pourquoi ? La crise encore une fois ? Le temps ? Quoi d'autre ? Une chose est sûre, de salon en salon le discours est toujours le même... en baisse par rapport à l'année dernière : baisse de fréquentation, baisse de ventes. Pourtant à St-Ambroix cette année, il y a eu des visiteurs; à en croire la distribution de marque-pages à l'entrée, la fréquentation a été plus ou moins la même, malgré la pluie qui n'a pas cessé de tomber tout le dimanche. Alors quoi ?? Un intérêt en baisse, qui s'est nettement senti : en 2013, c'était des acheteurs, en 2014 nous avons eu des promeneurs. Certains diront que c'était à cause des ventes de livres au rabais (les trois gros romans style Da Vinci Code ou Demain de Musso pour 5€). Moi qui connais le salon je dis non, car ces mêmes stands de bouquinistes étaient déjà là en 2013. Certains ont bien fonctionné, d'autres non, alors qu'en 2013 TOUT LE MONDE avait bien vendu. Il est donc difficile d'en connaitre la raison, de toutes façons il ne doit pas y avoir UNE raison, mais probablement plusieurs, en fonction des personnes et des situations. Je dirais donc ce qui m'a paru, à moi, être LA raison qui a provoqué cette baisse de ventes au niveau des auteurs : c'est la concurrence que nous ont faite les deux libraires partenaires. En effet ils avaient sur leur stand des romans de toutes sortes d'auteurs connus, el les visiteurs s'intéressaient plus volontiers à ces ouvrages qu'à ceux des auteurs disposés autour du libraire. L'année dernière, ils présentaient davantage des jouets et petits livres d'enfants, des cahiers de coloriages..., peu de romans. Ceci fait une grande différence. Mon libraire référent, la maison de presse, prenait quand même un exemplaire des livres des auteurs qui passaient par lui sur son stand; cela leur donnait une chance d'être au moins vus. Par contre l'autre librairie, Sauramps, n'accordait pas cette faveur ! Les deux libraires partenaires ont donc été des farouches concurrents... tout en prenant leur commission de 30 % sur NOS ventes.

A en croire des rumeurs, certains auteurs ne passaient pas par un libraire ! Et cependant étaient défrayés et logés ! A éclaircir, ce que je ne manquerai pas de faire auprès des organisateurs.

Pour ce qui est de l'organisation, je l'ai trouvée aussi bien rodée que l'année dernière, et l'accueil aussi chaleureux : j'ai eu droit à un gîte de deux personnes pour moi toute seule, je ne vais pas m'en plaindre. Et les bénévoles s'occupent de nous véhiculer, nous n'avons à nous préoccuper de rien; ils sont d'une disponibilité sans faille. Il faut cependant noter que les restrictions budgétaires se font sentir partout, jusqu'à l'apéritif ou le café du matin qui ne sont plus offerts.

Mais malgré les moins bonnes ventes, malgré les différences que l'on ne manque jamais de remarquer, malgré la crise qui fait que les services ne sont plus ce qu'ils ont pu être, il reste toujours le même plaisir, celui de retrouver ses amis auteurs, avec qui on passe de bons moments, à table ou tout au long de la durée du salon. Et pour cela au moins, il n'y a pas de crise !!

Je terminerai avec l'immense plaisir que j'ai eu aussi de concrétiser une amitié jusque-là virtuelle, avec la rencontre de ma consoeur, sœur de cœur, amie, confidente et conseillère, Annette Lellouche. Et ça aussi, ça rattrape tout !

Les photos de ces deux jours

Saint-Ambroix