Salon du livre LES PIEUX (50340)

Mon meilleur salon !

 

J’ai commencé en 2013, LES PIEUX est mon 9ème salon, j’ai bien l’intention de continuer sur cette lancée, pour deux raisons principales : j’adore ça - mais ça je crois que tout le monde l’a déjà compris d’après mes comptes rendus précédents - mais en plus ils se passent de mieux en mieux.

Partie de chez moi samedi à 7h45 pour mon train de 9h02 à la gare St-Lazare, je fais tout le voyage avec une amie auteure, nous avons réservé de façon à être ensemble. Une fois dans le train, nous retrouvons un autre collègue, confrère… on dit comment au fait ? Nous faisons donc le voyage de trois heures ensemble jusqu’à Valognes, où une navette nous attend à notre arrivée à 12h03.

Nous sommes conduits à l’hôtel, un endroit charmant, où nous déjeunons d’une succulente tarte tatin pomme-camembert, de la pintade sauce cidre et calvados, purée de céleri, le tout arrosé de cidre, et en dessert des profiteroles au chocolat.

Bon vous avez compris que l’accueil est irréprochable, et maintenant que je vous ai mis l’eau à la bouche, continuons : la navette vient nous reprendre à 13h45, direction l’Espace Culturel, où le salon ouvre ses portes au public à 14h. Au moment où je me dirige à ma place, il est 14h10, j’aperçois un auteur de ma rangée en train de dédicacer…

« Bien bien bien, ça démarre fort ! », me dis-je, prête à affronter les visiteurs. Je m’installe avec un entrain et un enthousiasme qui, je le sais, m’ont beaucoup servie pour le déroulement de cette journée et demie.

L’année dernière, ce salon a accueilli un peu plus de 3000 visiteurs. Mais là encore, comme ailleurs, cette année a vu une affluence réduite. Par contre TOUS les visiteurs se sont avéré des acheteurs, tous passaient avec les bras chargés. Je sais que ma voisine d’en face n’a pas signé, ni samedi ni dimanche… mais peut-être se trouvait-elle là sans le vouloir ? Toujours est-il qu’elle passait son temps enfoncée dans sa chaise, le nez dans son livre !! Si tu ne veux pas vendre cocotte, tu ne t’y prends pas autrement ! Mais ne viens pas dire après que c’était un salon nul où il n’y avait personne...

A un moment, je consulte mes mails sur mon portable, et j’en lis un qui me dit ceci :

« Bonjour jai lu vos livres que vous mavez dédicacés à auchan val de fontenay. Continuez à écrire.. Merci. Josiane »

Ça booste, ça aussi !

L’après-midi passe, trop vite à mon goût : belles rencontres – toujours, et à chaque signature je me disais et je remercie mon Ange pour cela - que ma valise s’allégeait un peu plus.

A 19h, l’apéritif est offert aux auteurs, puis nous allons au restaurant, où une copieuse choucroute de la mer nous est servie. Je suis à une table de 8 qui rigole bien, nous passons une super soirée. A 23h30, je m’endors comme une masse, mais au milieu de la nuit je me réveille, j’ai assez dormi, je veux y retourner, à 8h le réveil n’est même pas difficile, et un peu après 10h me revoilà à ma place.

Dimanche il fait encore plus beau que le samedi – c’était prévu par une météo qui ne s’est pas trompée, et toute la France en a bénéficié d’ailleurs. Mais il y a toujours des ronchons : « Il fait trop beau, il n’y aura personne, ils préfèrent tous se balader dehors ». Ces gens qui parlent ainsi se rendent-ils compte que quand il ne fait pas beau ils tiennent le même langage, en sens inverse ?

 

Mes rencontres à citer :

Annie, l’une des organisatrices de la Note Bleue, qui vient samedi en milieu d’après-midi pour me prendre le grain de riz, et qui me dit : « Je viens vite parce que la libraire m’a prévenue qu’il partait bien, je ne veux pas qu’il me file sous le nez »
Julien, qui s’empare du grain de riz, le feuillette consciencieusement, semblant vraiment chercher quelque chose. Je lui pose donc la question, et là il me demande si c’est un roman sur l’Asie. Je lui explique donc la raison du titre, le coucou à mes origines asiatiques, mais non le roman ne parle pas de l’Asie. Il le prend quand même, tout ce qui y fait allusion même de loin lui tient à cœur ! 
Céline, Caroline, Eveline avec un i, Sandrine, toutes quatre qui me prennent la requête par simple coup de cœur de la couverture. 
Patricia, qui se dit pourtant mauvaise cliente, mais qui a réussi à craquer par la requête, pour sa fille à qui elle veut faire un petit cadeau personnalisé.
Evelyne, qui a pris les regards sans hésitation parce qu’il lui est arrivé la même chose.
Nicole, qui prend le grain de riz, puis après avoir fait son tour revient pour prendre les deux autres. Un lot de 3 ça gonfle tout de suite les comptes !
Jean, mon voisin, auteur régional très connu dont l’un des ouvrages a été imprimé à 80000 exemplaires parce que repéré par France Loisirs. Un homme très sympathique avec qui je discute beaucoup, il me prend le grain de riz pour l’offrir à sa femme qui se passionne pour ce genre de thème ; il se plonge dedans, et me dit au bout de quelques pages : « Marlène, en tout cas je peux déjà vous dire que votre plume est belle ». Il s’y replonge tellement qu’il en oublie parfois de relever la tête quand quelqu’un s’arrête devant lui.
Méline, qui revient après son tour avec sa maman pour prendre la requête… mais je n’en ai plus ! Qu’à cela ne tienne, elle me le règle, et je lui envoie à mon retour de LES PIEUX

 

Ah oui au fait, on dit à les Pieux et pas aux Pieux, pour éviter toute confusion avec le Pieu – les Pieusais y tiennent…

 

Enfin merci à tous les autres pour votre écoute, votre choix, votre confiance, on ne peut pas citer tout le monde mais merci à tous ceux qui ont pris un peu de moi avec eux. A tous j’ai demandé un avis après lecture, je pense que j’en aurai.

 

Et bien sûr, un grand merci à l’équipe de LA NOTE BLEUE pour son accueil et son organisation, que ce salon vive encore de nombreuses années ; j’irais volontiers à la 14ème édition.

 

Mais en attendant, prochain salon dimanche 16 mars à BOISSY SAINT LEGER.

Et ici, les photos 

Assoc La Note Bleue - 14 route de Cherbourg LES PIEUX (50340)